Grandir un peu

Chronique littéraire #35

Ce roman auto-édité je l’ai vu partout sur bookstagram, je n’ai lu que des avis positifs. Mais c’est surtout la bienveillance habituelle de l’auteur et ses « salut la famille » ensoleillés qui m’ont poussé à découvrir l’écrivain caché derrière le bloggeur Julien Rampin. (et promis on ne parlera pas du débat fâcheux chocolatine//pain au chocolat)

Raymonde, cette grand-mère un peu rude mais avec le cœur sur la main va embaucher Jeanne Jambon (un nom pareil, ça ne s’invente pas…), une jeune femme mal dans sa peau, mal dans sa vie. Leur complicité nait rapidement et ce joli duo est rapidement complété par Lucas, le petit fils de Raymonde qui accueille Jeanne comme une grande sœur. Ces trois là ne se quittent plus, entre fou rires et déclarations leur nouvelle vie semble parfaite. Les personnages sont sincères et authentiques, on sent que l’auteur y a mis son cœur et a réussi à les faire évoluer jusqu’aux dernières pages. On a l’impression de le connaître ce trio, peut-être parce que dans chacun d’entre eux on retrouve un peu de nous. Un peu de nous dans leur caractère, leur vécu, leur réactions… Parce que ce roman est surtout humain, un peu bouleversant, parfois drôle.

On ne lui a pas appris à dire l’amour alors elle le cuisine dans ses jolies marmites, elle l’enferme dans des bocaux stérilisés, elle l’aplatit au rouleau à pâtisserie, elle le fait bouillir et le met à rôtir avec tout son cœur à l’intérieur.

L’histoire parait légère mais est émouvante au possible. La fin est magnifique, les surprises autant présentes que l’émotion. Et puis ce n’est pas que la vie des 3 héros que cette jolie plume nous conte mais c’est LA vie. Celle qui fait sourire, pleurer, chanter, danser, celle qui fait du mal, qui met de belles rencontres sur notre chemin, des moins belles. C’est celle qu’on ressent.

Jeanne, Lucas, Raymonde, tous trois ont besoin de grandir un peu. C’est dans les rencontres de leurs vies que va se faire ce « processus ». Jeanne serait-elle sortie de sa torpeur si elle n’avait pas rencontré les deux autres? Enfin, la gentille fille devenait « un peu moins fréquentable ». Raymonde aurait-elle pu affronter ses démons si la présence de Lucas n’avait pas été essentielles pour elle? Et Lucas aurait-il pu faire face à la vie et ses difficultés si les deux femmes n’avaient pas été présentes pour épauler ce garçon solaire mais si fragile?

On peut passer des années à côtoyer des gens qui effleurent à peine ce que nous sommes. Et un matin, on croise quelqu’un qui percute nos ambitions intimes.

Et puis, il y a aussi Ginette si douce et discrète, l’opposée de sa meilleure amie Raymonde. Dans les critiques que j’ai vu passer, pas une fois je n’ai vu son nom. Et pourtant, cette vieille dame m’a émue. La gentillesse incarnée, toujours chic et délicate, elle me rappelait ma grand-mère. La mienne, pas celle de ce roman. Parce que parfois les histoires sont faites pour nous souvenir des êtres chers.

Je ne peux que vous le conseiller, êtes vous prêts à grandir un peu?

Etape 28 du challenge VideTaPal: Lire un auteur masculin

Lucie ♥


3 réflexions sur “Grandir un peu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s