Eden

Chronique littéraire #22

Dans le cadre du prix du roman des étudiants (je vous en ai parlé dans un de mes récents post instagram), j’ai lu Eden de Monica Sabolo, et ce fut une sacré découverte.

Pour ceux qui ne me suivent pas sur ce réseau (et je vous invite à le faire dès maintenant) je vous fais un petit récap. Le prix du roman des étudiants récompense un roman de la rentrée littéraire 2019 élu par des étudiants (dont je fais partie) à travers toute la France. J’ai donc eu l’opportunité avec la fac d’y participer et je viens de finir un des 5 romans de la liste, je vous en parle tout de suite!

C’est une lecture qui m’a pas mal perturbée et j’en ressors sans réellement savoir ce que je ressens. La plume est magnifique, l’auteure Monica Sabolo réussi à transformer des éléments à priori pas jojo en quelque chose de beau et poétique.

Cet automne-là, tous les jours, à la moitié du trajet, je collais mon nez contre la vitre pour mieux voir le cadavre de la biche. De la taille d’un enfant, elle était couchée dans un renfoncement, entre l’autoroute et la forêt. Délicate, l’air endormie, ses pattes repliées sous elle. On avait l’impression qu’elle avait été déposée là, dans cette cuvette d’herbe et de fleurs, pour une cérémonie secrète, une rencontre accidentelle entre le monde des hommes et celui des dieux.

Dans une ambiance à la fois féérique et très sombre, on suit une jeune amérindienne qui fait face aux difficultés de la vie dans la réserve: les disparitions, les viols, les violences, l’exploitation forestière qui détruit la forêt, un avenir incertain pour les jeunes de la réserve, l’amour, l’amitié, les croyances, les ragots.

Nita, l’héroïne, est une jeune fille qui rêve d’ailleurs. Personnage principal désorientée et confuse, elle illustre parfaitement cette période trouble qu’est l’adolescence.

Le roman aborde de nombreux sujets forts, et parfois difficiles, comme les injustices faites aux femmes et aux minorités, l’adolescence, les viols, parfois l’indifférence… Ici, les femmes sont malmenées par les hommes; les Amérindiens subissent les injustices perpétrées par les Blancs ainsi que la destructions de leur forêt qui vole en éclat avec leurs coutumes; les jeunes de la réserve sont accusés sans preuve… Toutes ces victimes qui ne sont aidées par personne, décident de faire justices elles-mêmes, mais est-ce vraiment la meilleure solution?

On fait ce que le monde devrait faire. On essaie de donner du sens à ce qui n’en a pas. On se soutient. On essaie de ne pas devenir dingues.

C’est aussi un monde mystérieux, ampli de croyances, d’esprits, de surnaturel, de fantastique… C’est une ambiance un peu sombre et étrange qui me mettait mal à l’aise au début du roman, mais dont je ne pouvais plus me passer à la fin.

Pour résumer, je ne suis pas sûre d’avoir accroché avec l’ambiance de ce roman mais j’ai A-DO-RE les descriptions de l’auteure, si précises, métaphoriques, poétiques.

Au-dessus de nous, les étoiles brillaient, certaines plus que d’autres, traînant derrière elles un nuage laiteux qui donnaient l’impression qu’elles fécondaient le ciel.

Quelle est votre dernière lecture qui vous a laissé indécis? 🙂


Une réflexion sur “Eden

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s