Shiny broken pieces

Chronique littéraire #21

Je n’ai réussi à accrocher avec ce roman qu’à la toute fin, peut-être parce que je n’avais pas lu le 1er tome. Pourtant, tout collait! Le monde presque magique et terrifiant de la danse classique, des personnages hauts en couleurs et forts en caractères, un drame autour duquel toute l’histoire tourne… Bref tout était bon pour que j’apprécie ce roman… Mais c’est peut-être le nombre trop élevé de narratrices ou la méchanceté pure illustrée dans le roman qui m’ont fait perdre le fil de l’histoire et m’ont déplu.

Le roman est basé sur le point de vue de trois danseuses: June, Bette et Gigi qui ont sacrifié leur santé, leur gentillesse, leur corps pour leur place dans la plus prestigieuse école de danse de New-York.

J’ai vu beaucoup de critiques positives sur ce roman et je dois être une des rares personnes à ne pas avoir accroché, cependant j’ai bien aimé le fait que chacune cherche à se reconstruire après tout ce qui est arrivé: l’accident, les problèmes de poids, les envies de vengeances et de vérité. June est celle qui m’a le plus touchée, elle réussi finalement à travailler sur elle et ses problèmes de poids. Son anorexie est abordée d’une façon délicate qui sonne juste. J’ai aussi apprécié Bette qui, après avoir été la harceleuse, devient plus à l’écoute des autres et réussi à gagner une place qu’elle a, finalement, mérité. Son évolution tout au long du roman est flagrante! Gigi, quant à elle, ne m’a attiré aucune sympathie. Elle a laissé le poison de la vengeance et de la rancœur la gagner.

C’est mon année. Mon tour est venu. Je serai la principale soliste des 8° année. J’aurais une place dans la compagnie. Je ferai ce qu’il faut pour ça.

Le roman sonne plutôt comme la conclusion, la morale. Il montre à quel point le monde de la danse est compétitif et que chacun(e) est prêt(e) à tout pour avoir sa place. C’est un réel combat qui se met en place, un face à face entre les danseurs et danseuses qui les pousse à ne respecter aucune règle pour atteindre les sommets.

Il n’y a pas que le côté négatif de la danse qui est montré mais aussi la technique ainsi que les choses qu’elle apporte aux danseuses. Les pas de danses et les techniques de ballet sont décrits avec une précision extrême.

Les auteurs, Sona Charaipotra et Dhonielle Clayton, osent évoquer et mettre en lumière de nombreux problèmes qui touchent aussi bien le monde de la danse que le monde dit « normal » comme le harcèlement (voire le cyber-harcèlement), l’anorexie, la boulimie, les abus sexuels, la vengeance… Peut-être était-ce un peu trop, puisque malheureusement j’ai trouvé certains pas assez approfondis.

Au programme: coups bas, vengeance et danse.

Et vous, vous avez aimé?

Merci à NetGalleyFrance et aux éditions Hachettes Romans


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s